IMMIGRATION CHOISIE (PAR QUI?)

Publié le par Christiane Chavane

PARIS - "La France a besoin d'immigration" pour résorber les besoins de main-d'oeuvre dans certains secteurs économiques et pour contribuer au financement des retraites, assure Jacques Attali dans un entretien publié mardi par "La Tribune".

Pour le président de la commission de libération de la croissance, "il faut mettre en oeuvre une véritable politique de l'immigration pour résoudre les problèmes de main-d'oeuvre dans certains secteurs clés comme le bâtiment, l'industrie lourde, l'hôtellerie restauration".

Il préconise d'"augmenter l'attribution de visas" et de les attribuer "plus facilement aux étrangers venant pour raison professionnelle". "Il faut s'ouvrir aux travailleurs de l'Europe de l'Est, aux Chinois, aux pays d'Afrique", demande-t-il. "Sans cela, toutes nos belles discussions sur le financement des retraites n'auront pas de sens."

Le gouvernement entend favoriser l'immigration de travail et a commencé à autoriser l'immigration d'étrangers exerçant certains métiers qui connaissent des difficultés de recrutement. Mais ce sont essentiellement des métiers qualifiés alors que les étrangers occupent souvent des postes moins qualifiés dans les secteurs cités. AP

Cette réflexion d'Attali me fait penser à ce que nous avons fait il y a des années : importer de la main d'oeuvre en masse d'Afrique du Nord pour travailler dans le bâtiment (il fallait reconstruire la France et les logements manquaient). Un brillant jeune énarque que je ne citerai pas avait trouvé anormal que ces braves gens envoient leur argent au pays et avait fait le "regroupement familial" afin qu'ils viennent dépenser leurs sous en France. Qui dit regroupement dit logement des familles et construction de barres d'immeubles. Il est d'ailleurs cocasse de noter que ces ouvriers ont construit leurs propres guettos. Nous connaissons la suite. Avec une politique "socialiste" qui favorise ceux qui touchent les aides sociales en restant chez eux plutôt que ceux qui bossent pour un petit salaire; avec une éducation nationale qui oublie d'instruire, donc ne permet pas aux enfants dits défavorisés de sortir de leur condition, nous avons fabriqué des chômeurs de père en fils. 

Allons nous recommencer? Avons nous vraiment besoin de main d'oeuvre non qualifiée? Si la restauration et le bâtiment n'arrivent plus à recruter alors qu'il y a tant de gens qui préfèrent être inactifs, peut-être vaudrait il mieux se demander comment les inciter à accepter ces jobs. D'ailleurs nous connaissons la réponse, et ce n'est pas un problème de TVA.

Si nous commencions par mettre au travail ceux qui sont chez nous?

Publié dans Economie

Commenter cet article