RESULTAT DES MUNICIPALES A PARIS

Publié le par Christiane Chavane

Charité bien ordonnée commençant par soi-même, voici d'abord les résultats dans le XIIe, où la participation fut plus que médiocre par ce dimanche pluvieux, puisqu'elle n'a atteint que 62%.
A noter que sur les 86760 inscrits, dont 53955 ont accompli leur devoir citoyen, 1737 (soit 3% des suffrages) sont des bulletins blancs ou nuls à ajouter à la liste de ceux qui ont préféré rester chez eux que choisir entre la peste bubonique et la fièvre Ebola. 

Michèle Blumenthal obtient un score de 64,77 % contre 35,23 à Monsieur Cavada.

La liste socialiste-verts est donc gratifiée de 8 conseillers de Paris contre 2 pour la liste socialiste de la majorité présidentielle.

Dans un arrondissement où la gauche a fait un petit 52 aux présidentielles, il faut saluer la performance de Madame Blumenthal ou remarquer la contre performance de la liste des parachutistes. Comme quoi, les citoyens n'aiment pas faire gérer leur commune par quelqu'un qui n'y a jamais mis les pieds et qui débarque par opportunisme, avec en plus le culot de dénigrer le parti de base de sa liste - donc les électeurs de base.

Notons aussi que Madame Lepage s'est faite logiquement balayer pour des raisons analogues, ainsi que le sieur Pernin, qui n'a pas encore compris que si on l'avait mis à la porte en 2001, c'est qu'il y avait peut-être de bonnes raisons.

Et Paris dans tout ça?

Ce n'est pas une veste pour la droite, c'est toute une garde-robe. Sur 20 arrondissements la majorité présidentielle n'en garde que 7. Sur 163 conseillers de Paris, 97 vont au PS-verts, 61 aux candidats de l'Elysée, 3 à un candidat UMP dissident (Lebel dans le 8e, qui bat le parachutiste Lellouche, mais l'on peut légitimement supposer qu'il se rangera du côté de Françoise de Panafieu au Conseil de Paris), 1 à un divers droite dissident contre Goasguen (élu dans le 16e), et 1 au Modem dans le 14e.

Inutile de dire qu'à ce compte, au Conseil de Paris du 21 mars prochain, Bertrand Delanoë est sûr et certain de l'emporter. 

Victoire prévisible, tant la majorité présidentielle a joué depuis le début une stratégie perdante sur tous les plans, à croire qu'elle espérait la défaite : aucun programme innovant, tranchant par rapport à celui de Delanoë, parachutages mal vécus, aucune considération de la base militante... Tout a été fait pour perdre. Ajoutons à ça l'impression que le chef de l'état - pourtant omniprésent sur les questions de détail et malencontreusement sur ce qui touche à la vie privée des Français - se préoccupe plus de lui-même que de la France et que les réformes attendues ne sont pas au rendez-vous, et nous avons le cocktail parfait pour un échec électoral.

40 % des Français veulent que les réformes s'accélèrent. Ce scrutin servira t-il de leçon? Le drame, c'est que le PS s'est refait une santé. Maintenant qu'il détient et les régions, et les Conseils généraux et les communes, les réformes seront encore plus dures à faire passer et le clientélisme local va continuer à saper les bases du pays.

Enfin je voudrais ici féliciter les candidats AL aux municipales qui ont réussi à se faire élire (je n'ai pas encore tous les résultats) et saluer Louis-Marie Bachelot, qui a réussi le score de 8% aux cantonales à Angers, et Douce de Franclieu, qui a tout de même atteint 4% dans le Gers. Une performance compte tenu de la dispersion des bureaux de vote dans une zone rurale et un fief socialiste

Publié dans politique parisienne

Commenter cet article