SACRE CHARLEMAGNE

Publié le par Christiane Chavane

Ah la réforme de l'école primaire : que de bruits et de fureurs, quelle tempête dans un verre d'eau.

Xavier Darcos veut que les enfants apprennent à lire, écrire, compter et être polis et l'"éructation nationale" lui tombe dessus à bras raccourcis. Gilles de Robien avait été tout aussi mal reçu quand il avait parlé de supprimer la méthode globale.

Curieux : les profs se plaignent de n'être plus respectés par les élèves mais confondent participation et effronterie. Au collège 30% des enfants sont incapables de déchiffrer un texte écrit mais l'enseignement du primaire n'est pas en cause : l'élève doit être au centre des apprentissages et se débrouiller seul. Tant pis s'il n'y arrive pas, ce n'est pas la faute du prof tout de même. Ecrire? On ne comprend même pas ce qu'ils tentent de mettre par écrit tellement il s'agit d'un galimatias sans structure et sans orthographe. Mais la grammaire c'est dépassé, maintenant on recherche le "champ lexical", mais on se fout de savoir si tel mot correspond à un complément direct ou indirect ou à un adverbe. Essayez d'apprendre l'allemand sans avoir jamais vu à quoi correspond un complément d'objet indirect ou un complément de lieu, ou de faire de l'espagnol sans avoir jamais eu la moindre idée de l'utilisation du subjonctif. Le résultat va être intéressant. Mais ce n'est pas demain que vous retrouverez votre chemin si vous êtes perdu à Hambourg ou à Madrid. Emportez un sac de couchage, ce sera plus prudent! J'oubliais le calcul mental, cette horreur : je vois des gamins dégainer la calculette pour additionner 100 + 20. Mais tout va bien, c'est moderne, il faut vivre avec son temps!

Il s'agit bien sûr de cas extrêmes, mais le cas général est à peine meilleur. En revanche les très bons élèves existent encore. Certains se satisfont de ces méthodes pédagogiques, soit parce qu'ils sont naturellement curieux et qu'ils vont d'eux-mêmes chercher l'information qu'on ne leur donne pas, soit que les parents les aident. Mais une école digne de ce nom ne peut pas se contenter de laisser s'épanouir quelques forts en thème et de sacrifier 80 ou 90% des élèves. C'est lamentable! 

Je ne vais pas dire que cette réforme me paraît parfaite. Le retour à l'école de Jules Ferry est peut-être exagéré. En fait l'idéal serait que le gouvernement fixe un cadre minimum : un niveau de français et d'arithmétique à atteindre. Des cours de morale, pourquoi pas? Cela ne nous a pas tués. Apprendre à présenter les choses poliment serait bien utile à pas mal d'écoliers. A condition de veiller à ne pas sombrer dans la propagande (et là j'ai quelques craintes avec l'éducation soi-disant civique ou citoyenne). Ce cadre fixé, il serait urgent de laisser les écoles adapter leur programme à des objectifs et en fonction de leur environnement.

Et puis, si on supprimait les IUFM et leurs Khmers rouges? Si l'on arrêtait de faire la course aux diplômes bac + 4, 5 ou davantage pour recruter des instituteurs? C'est ridicule! Est-ce à l'ordre du jour?

Publié dans société

Commenter cet article