LES TAXIS ONT GAGNE

Publié le par Christiane Chavane

Journée de galère avec la grève des taxis. Il n'y a qu'en France que l'on fasse des grèves "préventives" mais bon, on s'habitue...

Les taxis sont en rogne après le rapport ATTALI.

Evidemment Attali, lorsqu'il parle de déréglementer les professions protégées, fait plaisir aux libéraux que nous sommes; c'est l'un des rares points positifs que l'on peut trouver dans ce rapport.

Mais en bon socialiste, Attali ridiculise le libéralisme avec cette mesure. C'est pourquoi moi non plus je ne peux pas la cautionner et je comprends les taxis. A leur place je serais dans la rue.

Pourquoi?

Attali propose de lancer des licences GRATUITES afin d'augmenter le nombre de taxis et de les mettre davantage en concurrence, ce qui aurait pour effet non seulement d'en augmenter le nombre mais aussi de baisser le prix des courses.

Le résultat : un pays bloqué, et le gouvernement recule : voir la dépêche AFP dont je recopie ici un extrait :

AFP : Alors que les professionnels vont être reçus jeudi à la mi-journée par Nicolas Sarkozy à l'Elysée, le Premier ministre François Fillon a assuré dans un communiqué que "l'objectif du gouvernement n'est pas de déréglementer mais de mieux réglementer". Et d'assurer qu'il "veillera à ce que les évolutions de la profession soient mises en oeuvre dans le respect de l'équité, sans mettre en péril l'équilibre économique de l'activité des taxis".

Mettons nous un instant à la place d'un artisan taxi qui a payé sa licence mettons 200.000 euros à l'aide d'un crédit sur 20 ans. Pendant qu'il rembourse son crédit, il paie aussi ses charges sociales, dont au moins 20% de son chiffre d'affaires au titre d'une hypothétique retraite obligatoire par répartition. ll va gagner aux environs de 1000 euros nets par mois pour un boulot ingrat. A l'heure de la retraite, qu'il aura largement méritée, ses cotisations lui rapporteront des clopinettes, mais il sera content de revendre sa licence pour se faire un petit patrimoine, avec sans doute une plus value.

Or, Monsieur Attali distribue des licences gratuites. A qui on ne sait trop, mais peu importe. Cela diminue d'autant la valeur des licences payées. C'est comme si on demandait à notre artisan taxi de financer sa propre disparition.

Bien entendu si les licences n'existaient pas, les courses seraient moins chères et les taxis plus nombreux, mais comment paieraient-ils leur retraite?

Quand on dérèglemente, on le fait complètement : on arrête de les obliger à cotiser à l'Organic. On leur laisse le choix de systèmes par capitalisation plus rémunérateurs à l'heure de la retraite. Et surtout, on les indemnise des licences qui ont perdu de leur valeur. Dans tous les pays où cette dérèglementation s'est faite, les licences ont été rachetées aux taxis.

Evidemment l'état Français est exangue. Il faudrait débourser environ 30 millions d'euros rien que pour payer celles des 15000 taxis parisiens si je les estime à 200000 euros chacune (calcul très approximatif, ne m'en veuillez pas si je me trompe). Mais si nous arrivons à en sortir 300 pour financer le Hamas... C'est une question de choix!

Monsieur ATTALI confond libéralisme et matérialisme. Le libéralisme consiste à libérer, mais certainement pas à spolier.

Le problème, c'est qu'en annonçant ce genre de mesures, au travers d'un rapport rendu public, et qui, à mon avis, ne reflète pas le travail d'Attali (simple faire valoir) mais le souhait de monsieur Sarkozy, le gouvernement se met lui-même en situation de faiblesse et toute réforme devient impossible. Le résultat est là : un recul complet, alors qu'on avait tous les éléments pour faire une vraie réforme en concertation avec les taxis.

Comme je disais à un internaute, ce genre d'attitude caricature le libéralisme et lui fait plus de mal que tous les discours marxistes de la gauche.

Publié dans Economie

Commenter cet article

g 29/02/2008 21:24

Et au ailleurs, je suis content que vous reconnaissiez que les points de retraite ne valent rien. Les gens qui en ont vont devoir descendre dans la rue demander à l'état d'augmenter l'immigration et le rendre responsable ?Ah oui, c'est tellement plus simple quand l'état est responsable de tous les maux...

Christiane Chavane 08/03/2008 16:42

Le système par répartition a été institué sauf erreur de ma part après la guerre. Il se trouve que tout axer sur un système qui fait payer aux actifs les retraites en cours ne marche que tant qu'il n'y a pas de déséquilibre démographique. Il y a longtemps que nous savons qu'il y a un problème, mais l'état bienveillant (toujours lui, je n'y peux rien) a toujours refusé de compenser par des fonds de pension sauf... pour les fonctionnaires (et encore est-ce un système très rigide). Madelin a ensuite proposé des fonds de pension aux indépendants (pour info les artisans taxis y ont droit) mais les salariés n'y ont toujours pas droit.
Il ne s'agit pas de réclamer des immigrés pour qu'ils viennent toucher nos aides sociales sans rien foutre. Il s'agit de cesser de privilégier le traitement du chômage à l'emploi, de mettre fin à la gabegie de la sécu, de permettre aux employeurs de faire jouer la concurrence. En tant que chef d'entreprise je suis pieds et poings liée à une caisse de retraite qui m'est imposée du fait de mon code APE. Pourquoi? Pourquoi ne puis-je pas lancer des appels d'offres et voir qui me propose les meilleures prestations pour mes salariés, à coût égal?
L'état est responsable de tous les maux dans la mesure où il persiste à s'occuper de choses qui ne sont pas de son ressort. Il cessera d'être responsable lorsqu'il se recentrera sur ses tâches régaliennes et ne se mêlera plus de gérer les entreprises à la place des entrepreneurs et les terres agricoles à la place des agriculteurs. Malheureusement, s'il est responsable de ces maux, il est incapable de réparer ses torts. On ne peut pas l'invoquer pour redresser des erreurs qui seraient bien mieux réparées par la société civile. On lui demande juste de se mettre en retrait.
Mais nous nous éloignons du sujet.

g 29/02/2008 21:22

Bien joué, vous avez occulté le point essentiel. Le privilège n'étant pas leur niveau de vie, mais le fait que l'état soit rendu responsable de ces 200 000 €. M'enfin puisque vous voulez interpréter à votre sauce... et encore raté, je ne suis pas fonctionnaire.

Christiane Chavane 08/03/2008 16:24

Vous avez raté votre vocation.L'état est 100% responsable de cette situation, que ça vous plaise ou non.

g 24/02/2008 20:13

Et au passage, puisqu'il s'agit de la retraite, il serait bien plus intelligent de leur donner des points de retraite pour "compenser" que de l'argent. Mais évidemment ça n'irait pas non plus... ça râlerait toujours pour garder des privilèges surréalistes.

Christiane Chavane 26/02/2008 22:27

Privilège surréaliste? Dis donc, vous êtes fonctionnaire ou juste jaloux de votre voisin? Ces gars là triment des années, paient des charges sociales pour des nèfles, et espèrent en vendant leur licence récupérer un pécule qui ne va pas les faire vivre avec un yacht "Bolloré" dans un paradis fiscal mais tout juste se débrouiller (200.000 euros à 5% par an (et c'est généreux) ça fait 10.000 euros par an, moins de 1000 euros/mois) et vous les traitez de privilégiés? On vous trouve sous quel pont?
Des points de retraite pour compenser? Par répartition? Qui vaudront zéro à l'âge de la retraite? C'est une plaisanterie?

g 24/02/2008 19:51

Sauf que personne ne les jette de leur boulot. On ne fait rien à la place, on augmente juste le marché. Si l'état construit une maison en face de la votre qui donnait sur la mer et soudain elle perd 50% de sa valeur, vous n'aurez aucune compensation. L'état devrait payer là aussi ?Je ne suis pas d'accord pour que mon argent serve à payer pour des gens qui font leur propre marché. L'état n'a pas vendu ces licenses 200 000 €. Il n'y est pour rien.Donc puisque tout va bien, continuons à ne pouvoir jamais utiliser de taxi. Et non je ne suis pas socialiste. Seulement j'ai utilisé 2 fois dans ma vie un taxi, car c'est inabordable. À l'étranger, je l'ai pris des dizaines de fois sans trop me soucier du prix, car y'en a pas 2 qui se battent en duel.

Christiane Chavane 26/02/2008 22:21

Si l'état fait baisser artificiellement la valeur de ma maison il me doit de l'argent. C'est la loi du marché, ce qui est inadmissible c'est que l'état s'arroge le droit de faire n'importe quoi.Pour les taxis l'état y est pour quelque chose puisqu'il empêche les taxis de s'installer librement.Moi non plus je ne prends pas souvent de taxis en France. En Espagne, pays que je connais bien, vous levez le doigt dans la rue et 3 taxis pilent en face de vous. Ils sont aussi nettement moins cher. Idem en Allemagne. Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi? Il y a du boulot avant que vous compreniez, mais je ne désespère pas. Je suis optimiste de nature.

g 24/02/2008 11:41

C'est l'état qui vendait à 200 000 € les licenses ? Non, c'est eux qui ont fait un marché parallèle... l'état n'a touché qu'une somme dérisoire sur ces licenses. Elle est où la garantie donnée par l'état que ça allait valoir 200 000 € ? Faut arrêter de déconner, ils ont fait leur propre marché non protégé, à eux d'assumer.Quand une maison est achetée X et vaut X/2 deux ans après et qu'on doit la revendre, faut demander à l'état de payer le X/2 aussi ?N'importe quoi.

Christiane Chavane 24/02/2008 14:57

C'est vous qui dites n'importe quoi. Si votre maison vaut 200.000 euros et que l'état vous fout à la porte et vous paie 12.000 euros parce qu'il faut construire une autoroute vous irez loger sous un pont. En revanche si le marché pousse les prix vers le bas et que vous vendez pour acheter ailleurs il n'y a pas de problème puisque celle que vous rachèterez sera moins chère. Si vous ne comprenez pas la différence vous êtes mal barré dans la vie.Racheter les licences ou vous piquer votre maison pour 12.000 euros, cela s'appelle de la spoliation. Ce n'est pas l'état qui vend les licences, c'est un marché privé; c'est la rareté qui fait grimper les prix parce que l'état limite le nombre d'autorisations. Seulement le taxi qui a PAYE sa licence et qui compte là dessus pour se faire une retraite décente, vous ne pouvez pas lui dire : Monsieur, à partir d'aujourd'hui je vous donne 12.000 euros et j'autorise n'importe qui à faire votre métier. Vous le ruinez! Si vous trouvez ça normal c'est que vous êtes socialiste et donc que vous aimez les pauvres au point de vouloir que tout le monde soit pauvre sauf vous!