ET LE BON SENS DANS TOUT CA?

Publié le par Christiane Chavane

Le gouvernement tente courageusement de lutter contre l'immigration clandestine, et se propose de faire expulser un certain nombre de personnes qui n'ont rien à faire chez nous.

Peu importe combien, c'est la manière qui est curieuse. Ou plutôt la façon dont l'administration fait preuve de zèle à mauvais escient, ou avec une mauvaise foi invraisemblable.

Du coup la presse se fait  l'écho d'injustices flagrantes : ici une mémé grabataire que l'on veut chasser de chez son fils parce qu'elle n'a pas de carte de séjour, là un avocat inscrit au bareau depuis 42 ans, et dont on s'aperçoit d'un coup qu'il est Malien et qu'il manque une virgule sur son dossier.

Bien évidemment ce n'est pas Sarkozy qui est à l'origine de ces dérives ubuesques. Le ministre demande aux fonctionnaires d'être vigilants, ceux ci ne sont pas d'accord, ils font du sabotage et multiplient volontairement les bavures. C'est ça aussi le troisième tour social.

Dans le même temps, certaines assistantes sociales déploient une énergie sans bornes pour faire obtenir des "droits à" à des gens qui eux, devraient être remis dans le premier avion. Une véritable complicité à l'immigration clandestine. Des affaires comme celle de la rue de la Banque, avec l'aide d'élus locaux, nous le montrent régulièrement. 

Difficile de réformer un pays quand l'administration est aux mains de petits terroristes en herbe jouant de leur privilège de petits chéfaillons locaux. Le "manque de discernement" devrait être un critère d'incompétence justifiant d'envoyer ces gens sévir ailleurs. Trop nombreux, ils sont en plus nuisibles et n'obéissent aux consignes qui leur sont données que pour les caricaturer, à contre-sens. 

Pendant ce temps les brigades de police de nuit de Paris ne peuvent plus faire réparer des voitures à bout de souffle ni les changer. Pas assez nombreux, pas assez payés, pas assez équipés. 

C'est toute la fonction publique qu'il faut revoir d'urgence : plus de gens de terrain, moins d'administratifs. Pour que l'état puisse accomplir ses tâches régaliennes, il est indispensable de procéder à un soigneux rééquilibrage. Et de tailler sans état d'âme les branches pourries!

Je commenterai le rapport de la commission Attali quand je l'aurai lu, mais déjà, le fait que les gauchistes de tout poil hurlent me donnent envie de lui dire bravo! Pour quelqu'un qui a poussé Mitterrand à nationaliser les banques... Ce serait il rendu compte de son erreur? Ce n'est pas son genre.

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article