ECOLOGIE PLANIFIEE

Publié le par Christiane Chavane

L'actualité et le calendrier se bousculent, et j'avoue avoir du mal à choisir le sujet de mon post. Entre la volonté affichée par le gouvernement d'aligner les régimes spéciaux, l'assouplissement espéré des 35 heures, le désir de créer un service minimum dans les services publics... Voilà de quoi faire couler beaucoup d"encre (virtuelle).

Ce sont plutôt de bonnes nouvelles, même si un libéral reste réticent devant une telle pusillanimité. Mais enfin, tout ce qui va dans le bon sens est bon à prendre. Sans hurler de joie, on peut toujours penser que c'est mieux que rien.

Nous attendons de voir quelle tournure ces réformettes vont prendre. Pour le moment je n'en sais pas assez.

La mauvaise nouvelle de la semaine est plutôt environnementale. On découvre que le sol et l'eau de nos DOM-TOM sont pollués par des pesticides... interdits partout en France depuis 1990, SAUF LA. On "découvre" que les PCB rendent incommestibles les poissons du Rhône et d'une partie de l'Ain, et nous ne sommes pas au bout : qu'en est -il de la Camargue? Etrange découverte faite brusquement par un pêcheur. Le problème avait déjà été soulevé en 1986, mais bizarrement les choses étaient "rentrées dans l'ordre" ou plutôt passées sous silence, plus personne n'en parlait et surtout AUCUN prélèvement n'avait plus été fait ni par la DRIRE, ni par les agences de bassin, ni par aucun des multiples acteurs publics du contrôle des eaux (la liste est interminable). On ne sait toujours pas qui est fautif. En 86 l'usine TREDI de St Vulbas, censée précisément ELIMINER les PCB, avait été montrée du doigt. Sans preuves? C'était en ce temps là une société publique (elle a été rachetée par le groupe Séché en 2002). Et puis, en amont, là où commence la pollution, se trouve un barrage EDF... Et puis... On peut se demander pourquoi depuis presque 30 ans personne ne s'est soucié ni de trouver le coupable, ni d'essayer de régler le problème, ni de vérifier que la CAUSE de la pollution avait disparu, ni de s'assurer que les poissons étaient sains.

Dans les 2 cas la cause est en fait la même : à vouloir se mêler de tout, tout contrôler, instaurer des systèmes de plus en plus complexes, multiplier les intervenants, être à la fois juges et parties, les pouvoirs publics sont encore une fois passés à côté de leur mission. Les vrais coupables s'appellent déresponsabilisation, corruption, passe-droits. L'économie planifiée soviétique a donné Tchernobyl et l'assèchement de la mer d'Aral. L'économie planifiée à la française nous donne des rivières et des sols pollués.

A l'heure du Grenelle de l'environnement, Monsieur Borloo devrait en prendre de la graine.

 

 

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Olivier Lucas 20/09/2007 12:37

Pour tout ce qui touche à l'écologie, on ne peut malheureusement que faire preuve de circonspection, en se méfiant de l'intox.On ne sait pas si on doit prendre les infos comme vraies, ou si elles seront remises en question dans 3 semaines, 2 mois...Ainsi par exemple, on apprend que des pesticides très dangereux ont pollués gravement la Martinique et la Guadeloupe... et puis l'info semble avoir été étouffée. Qu'en est-il exactement ? Y-a-t-il réellement un danger pour les populations ? Quel lien avec le cancer dans ces régions ? Est-ce qu'on peut continuer à consommer des bananes en provenance des antilles ?La peur s'installe, ainsi que la confusion, alors qu'on se demande comment les pouvoirs publics, avec ses multiples organismes et instances comme vous le soulignez, semblent incapables de nous fournir des informations pour nous rassurer !

Christiane Chavane 21/09/2007 19:48

A force de refuser toute transparence ils créent eux mêmes les conditions d'une panique irrationnelle. Ensuite ils cherchent à nous rassurer mais il est trop tard. Je n'ai pas beaucoup plus d'info que vous sur le danger réel pour les populations locales. En fait ce sont surtout les utilisateurs de pesticides qui craignent - surtout s'ils n'ont pas pris de précautions pour les épandre. Néanmoins on peut s'inquiéter pour la teneur en pesticides des nappes phréatiques et des rivières (donc pour les poissons).Je ne pense pas qu'il y ait danger à consommer des bananes. Il faudrait que des quantités importantes de pesticides soient présentes à l'intérieur du fruit ce qui est peu probable, et à moins de consommer des kilos chaque jour le risque me semble limité.En tout cas nos pouvoirs publics agissent avec une légèreté et une irresponsabilité qui effraie. Au lieu de lancer le Grenelle de l'environnement et de donner des leçons au monde il vaudrait mieux commencer par voir les vrais problèmes en France.